volontariat-au-vietnam
,

Retour d’expérience sur mon volontariat au Vietnam 

 

Pour celles et ceux  qui ne le savaient pas encore, j’étais depuis fin juillet en volontariat au Vietnam. Après 6 ans à travailler en tant que chef de produit chez un des leaders du e-commerce, j’ai décidé de quitter mon emploi. En effet, je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais  et j’avais besoin de vivre une nouvelle expérience. Jusqu’à maintenant, je n’étais jamais partie sur une longue durée à l’étranger et vu que j’avais besoin de faire le point sur ce que je souhaitais faire pour la suite, je me suis dit que c’était le bon moment pour tenter cette aventure. Cependant, je n’avais pas envie de faire du backpacking, je voulais valoriser mon temps à l’étranger en faisant quelque-chose d’utile pour moi et surtout pour les autres. C’est à ce moment-là que j’ai envisagé de faire un volontariat. Une amie m’avait parlé du site workaway qui met en relation des hôtes et des volontaires. Je recherchais une mission humanitaire où je pouvais également utiliser mes compétences en marketing. L’association Coins for change au Vietnam aide les femmes seules et cherchait quelqu’un pour les aider pour leur site web (redaction web, community management, communication ) et pour la création d’un programme de leadership et de développement personnel dédié aux femmes. Après validation de ma candidature et quelques démarches administratives, je me suis envolée pour cette nouvelle mission. 

 

1 – Etre une femme au Vietnam

 

Vietnamese women museum hanoiPour comprendre la place de la femme au Vietnam, je me suis rendue au musée de la femme vietnamienne. Ce musée met en lumière le rôle de la femme dans la construction de la société et de la famille. Au niveau de la société, la place de la femme reste très traditionnelle, elle est le ciment de la famille. La plupart des ethnies sont patriarcales, c’est-à-dire que l’autorité est donnée par les hommes. Les femmes doivent obéissance à leurs pères et ensuite leurs maris.

 

Comme nous l’a souvent expliquée Tang Duyen Hong, la fondatrice de coins for change Vietnam la femme doit ici rester à « sa place de femme », elle ne peut pas trop réussir, être trop intelligente ou avoir trop de tempérament. Elle doit veiller au bon fonctionnement de sa famille. C’est pourquoi, le divorce et les mères célibataires sont très mal perçus, c’est principalement la cause pour laquelle Coins for Change a été créé.

 

En effet alors qu’elle était mère de 2 filles et mariée, Tang Duyen Hong a décidé de partir. Au vietnam, les mères célibataires sont rejetées par la société. Cette situation a valu à la fondatrice d’être renvoyée de son travail. Seule et désemparée, elle a commencé à partager son histoire sur un blog. La communauté qui la suit ne cesse de grandir ce qui l ‘a amené à créer un programme de soutien aux mères célibataires.

L’une des grandes forces de Tang Duyen Hong, c’est sa liberté de penser et de remettre les règles établies en question. Elle nous expliquait souvent à quel point elle se sentait différente. Elle est éduquée, a voyagé et a de l’ambition pour sa vie. Cette ambition, elle souhaite la transmettre aux femmes qu’elle aide. Elle ne souhaite pas s’arreter à du support financier ou psychologique, elle souhaite réellement changer la place de la femme dans la société vietnamienne.

 

vietnamese women museum

 

Quelques rencontres enrichissantes

Linh 

Linh était notre assistante d’anglais, c’est à dire qu’elle aidait les volontaires en cours pour faciliter la communication avec les étudiants vietnamiens. J’ai pu observer que Linh avait de l’ambition pour sa vie. Elle disait souvent , « je veux être comme vous indépendante ». Cependant elle se sentait souvent bloquée par son éducation . Je me rappelle d’une après-midi dans un café où elle nous racontait qu’ á 25 ans, elle n’y connaissait rien aux garçons, que ses parents ne lui avaient jamais rien expliqué.

 mères celibataires au Vietnam

Elsa la fille de la fondatrice Ms Hong

Elsa a 9 ans et déjà une forte personnalité, parfois trop de personnalité. Elle aime cuisiner, faire du piano et lire. Elle n’est pas comme les autres petites filles , car sa mère souhaite l’élever à l’européenne c’est-à-dire en dehors des carcans de l’éducation vietnamienne.  Ses professeurs et ses camarades trouvent qu’elle a clairement trop de personnalité.

 

 Anh Maman du petit vu

Anh était là au début de mon séjour. Anh était un peu plus âgée que les autres mères célibataires, elle avait 35 ans et son bébé 8 mois. Elle s’est retrouvée seule dès le début de sa grossesse. Elle connaissait très bien la fondatrice car elles avaient fait leurs études ensemble et le destin les a réunies autour de ce moment difficile. Cependant Anh est l’exemple de la femme qui a rebondi. En effet son exemplarité, son engagement au sein de l’association, lui ont donné l’opportunité de partir à Ho Chi Minh pour s’occuper de l’ouverture d’un second programme coins for change sur place. Elle est partie en septembre pour écrire le nouveau chapitre de sa vie.

 

Little Hong maman de Nimh 

Femmes vietnamiennes Little Hong était la plus jeune des mères célibataires, elle avait 18 ans et avait une adorable petite fille Nimh.

L’histoire de little hong n’est pas évidente, puisqu’elle est tombée enceinte mineure, d’un homme qui avait 10 ans de plus qu’elle. Little Hong est une enfant avec une enfant. On ressentait souvent sa frustration et sa colère car elle avait clairement envie de faire des activités de son âge au lieu de changer des couches. Elle doit à la fois apprendre à être une mère mais aussi à devenir une adulte. Challenge d’autant plus difficile pour démarrer sa vie. Heureusement, avec le soutien de l’organisation, elle est en formation pour devenir coiffeuse.

 

 

 

Au cours de mon séjour à l’association, j’ai directement vécu avec ces mères célibataires. Adolescentes ou divorcées, parfois séparées de leurs enfants, elles doivent aujourd’hui se reconstruire. L’objectif de l’association est de leur offrir un soutien psychologique et les aider à reprendre leur vie en main notamment en les formant et en leur donnant du travail. Les formations et le soutien aux mères célibataires est financé par l’ouverture de cours d’anglais pour les enfants et les adultes. Les mères célibataires s’occupent de vendre ces cours d’anglais ce qui leur permet d’être rémunérée et de financer leurs études par exemple. Ces cours d’anglais sont dispensés par des volontaires de différentes nationalités.  La fondatrice a choisi de recruter des volontaires pour permettre aux élèves de s’ouvrir au monde et à la culture. Si vous sortez dans le old quarter, vous remarquerez que peu de vietnamiens parlent anglais. Apprendre l’anglais est un vrai atout au Vietnam. Il vous permettra de trouver de meilleurs jobs notamment dans le tourisme. Au-delà d’apprendre l’anglais, l’objectif de l’organisation est d’également d’ouvrir l’esprit des élèves, et des mères célibataires aux étrangers. En effet, les vietnamiens savent très peu ce qui se passe à l’étranger. De plus ma peau métisse, m’a voulu quelques regards curieux et insistants. En effet, la culture asiatique aime les peaux très blanches. Bien que ça n’est pas toujours été facile, être au contact de personnes du monde entier est l’opportunité de progressivement ouvrir l’esprit des nouvelles générations.

Pendant ces 3 mois, j’ai travaillé avec 3 autres volontaires pour mettre en place le wellness program

 

 2- Le wellness program

  • objectif

Le but du wellness program est de proposer des sessions de développement personnel aux femmes vietnamiennes âgées de 18 à 28 ans afin de les aider à construire leur vie dans un monde en perpétuelle évolution. Nous souhaitions également leur apprendre à devenir les leaders de leur vie. Les jeunes femmes vietnamiennes sont élevées avec beaucoup de croyances limitantes. Ce qui m’a sauté aux yeux en vivant là-bas c’est le fait qu’elles associent leur réussite au mariage. En effet, si une femme n’est  pas mariée avant 27 ans c’est qu’elle a un problème. Pour être bonne à marier, notre traductrice nous expliquait qu’il était important de savoir cuisiner…

De plus les jeunes femmes vietnamiennes manquent cruellement d’éducation sexuelle, ce qui conduit à un nombre toujours plus croissant de jeunes mères isolées. Nous avons donc construit des ateliers qui ciblaient des thèmes qui pourraient les aider á devenir plus indépendantes et informées.

 

 

  • Les activités du Wellness programvolontariat au vietnam


                                                                                                                            atelier méditation

Pour atteindre ces objectifs nous avons construit un programme qui traitait des thèmes suivants :

  • La santé

            Atelier introduction a la méditation réalisé en Août 2016 : Dans cet atelier nous avons expliqué en quoi consistait la méditation et ma coéquipière et psychologue, nous a proposé une méthode de respiration a réaliser au quotidien.

           Atelier management du stress en septembre 2016

Les mères célibataires avec qui nous travaillions devaient s’occuper de leurs enfants, aller en formation et s’occuper de la maison, vendre des cours d’anglais. Certaines d’entre elles étaient clairement victimes de stress et d’anxiété. Afin de les aider nous avons animé un atelier de management du stress pour les aider :

– A comprendre ce qu’était le stress

-Leur donner des techniques pour diminuer l’impact du stress sur leur vie

  • Le travail

  • L’éducation sexuelle

  • La confiance en soi

  • Le leadership

  • Les finances personnelles

                        Atelier apprendre a gérer un budget réalisé en septembre 2016

Pour cet atelier nous avions décidé de créer un cours de pâtisserie pour rendre l’activité plus ludique. Nous en avons profité pour donner des astuces à nos jeunes participantes pour mieux gérer leur budget.

  • La parentalité

  • Le mariage.

Bien entendu en 3 mois nous n’avons pas eu le temps de déployer l’ensemble du programme mais l’objectif était qu il y ait une prise de relai par d’autres volontaires et par le staff de l’association à la fin de notre mission.

 

3 – Le bilan

Implémenter le wellness program a été un vrai challenge pour obtenir l’adhésion et l’intérêt des participantes. C’est pour cela que pour la création des ateliers nous avons vraiment essayé de travailler sur des cas concrets qui touchaient leur vie de tous les jours en évitant de faire trop de théories. On ne pouvait pas dispenser des ateliers de développement personnel comme on le ferait en Europe par exemple.  En effet, en Europe, les personnes qui font ce type d’ateliers  veulent changer, dans notre cas ces ateliers avaient un rôle d’éducation et de prise de conscience. Nous avons du nous adapter à leurs spécificités culturelles et à leurs besoins. Nous avons donc animé 3 ateliers et créé l’ensemble du contenu du wellness program pour que l’organisation l’utilise dans les mois a venir.

Nous avons travaillé dans un premier temps avec de petits groupes avec l’objectif d’attirer progressivement plus de femmes grâce au réseau de la fondatrice . Ces ateliers ont Eté également l’opportunité de nous rapprocher des mères célibataires et de faciliter la communication en anglais avec elles.

Nous espérons que ce programme aidera l’organisation Coins for Change à aider les mères célibataires à rebondir positivement dans leur vie. Cependant une autre partie du travail réside également dans la prévention et dans l’éducation des jeunes femmes au Vietnam à être maître de leur vie et de leur corps.

Me concernant, je suis partie au Vietnam réaliser une expérience que je n’avais jamais faite auparavant . J’ai choisi de faire un volontariat pour être confrontée à de nouvelles situations, de nouvelles personnes et travailler pour un projet qui a du sens . J’étais loin d ‘imaginer ce qui m’attendait,   je pense que j’avais un peu idéaliser la  mission. La communication a été souvent difficile et je ne m’attendais pas à autant d’obstacles culturels. Tant bien que mal j’ai du m’adapter, apprendre à mieux communiquer, devenir plus tolérante, construire ma mission de A a Z.  Ce volontariat a été l’opportunité pour moi de partager aux autres ma passion pour la santé et le bien-être en construisant le wellness program  et en animant certains ateliers. Je suis partie à l’étranger pour faire le point sur ma vie professionnelle, et je sais que d’une manière ou d’une autre je souhaite contribuer à  aider les gens à investir dans leur santé. 

Mes articles pour coins for change

http://c4c.vn/news/7-reasons-you-should-become-a-volunteer.html

http://c4c.vn/news/volunteer-interview-adi-shares-his-experience.html

http://c4c.vn/news/our-humanitarian-day-with-vietnam-backpackers-hoste.html

Cela peut ne pas vous intéresser; mais je souhaiterais vous inviter à faire partie de mes contacts, tout simplement pour vous tenir informée des nouveaux articles  et des news du blog. De plus dans les semaines á venir je publierai les contenus des ateliers que nous avons réalisé pendant le wellness program  si cela vous intéresse, vous pouvez recevoir mes nouveaux articles par mail. 

Pour cela, il vous suffit simplement de m’indiquer ci-dessous votre adresse mail et votre nom en remplissant le formulaire.

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Plus on est de fou, plus on rit, venez partager votre avis, votre expérience, votre humeur

Share

About My Fit Clic

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *